Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

C'était mon tout premier Live report (pour allomusic)

Posted on by Orell

18/10/10

Tom McRae ? Je l'ai surtout aimé à ses débuts. En 2000. J'ai assisté à plusieurs concerts parisiens à cette époque. Et puis, je ne sais pas pourquoi mais je l'ai laissé tomber. Il y a quelques jours, j'ai lu sur Twitter que, grâce à Allomusic, il suffisait de re-twitter l'info du concert pour gagner des places. J'ai alors tenté ma chance. Je voulais savoir ce que devenait le petit Tom. Et j'ai gagné ! J'ai aussitôt chargé mon iPhone du nouvel album, et, à l'écoute, je n'avais qu'une hâte : le voir en live !
On est arrivés à 19 h 15 à La Cigale. Peu de monde devant. Juste le temps de donner mon nom à l'entrée, d'avoir la bonne surprise de recevoir le CD en cadeau, et nous sommes rentrés dans la salle. Deuxième surprise, les sièges étaient installés. Je n'avais pas le souvenir de concerts assis avec lui. Les premiers rangs ont vite été occupés. Nous avons fini par trouver deux places juste derrière les consoles et l'ingé son.
La première partie a commencé à 19 h 30. C'est Brian Wright qui s'y est collé. Le guitariste de Tom (je l'appelle Tom : il est tellement sympa qu'on a l'impression de le connaître et d'être pote). Il est seul sur scène, en acoustique guitare, voix, harmonica. C'est un grand texan, barbu, chantant des chansons folk, calmes, voire mélancoliques par moments. Le décalage entre la musique et le look est déroutant mais plaisant. Il a même dédicacé une chanson spéciale pour Tom, qui se moque toujours de ses origines texanes.
Puis, le temps de tout mettre en place, Tom et son groupe montent sur scène. Ils entament la première chanson dans la pénombre. Juste voix/guitare. Hidden Camera Show, si mes souvenirs sont exacts. Mais dès l'arrivée de la section rythmique et du violoncelle, on en a pris plein les oreilles et le cœur. Le son est clair, limpide, beau et fort. Ça change des grandes salles comme le Zénith !
Tom avait l'air en forme et heureux de voir une Cigale aussi remplie. Il a même dit qu'il s'attendait à jouer devant une salle vide à cause de la grève. Mais les fans sont là ! Le groupe joue environ deux heures. Le nouvel album est mis en avant, sans oublier les quelques hits qui ont fait son succès. Tom plaisante de nombreuses fois avec les musiciens et avec le public. Un public déjà acquis, reprenant les chansons par cœur. La preuve sur End of the World News, où il a fait se séparer la salle en deux pour chanter le refrain dans un canon hallucinant.
Quand Tom demande à son public de se lever, tout le monde s'exécute en moins de cinq secondes. Il régne une ambiance comme je n'en avais pas ressenti depuis longtemps ! Il est fort ce Tom ! Après quelques chansons, il en entame un morceau plus calme et les gens se rassoient. Tom ne manque pas de le faire remarquer en changeant le texte de sa chanson. C'est touchant ; il boude un peu comme un petit garçon. Mais dès la chanson suivante, le public se relève pour ne plus se rassoir.
Autre moment fort du concert, les musiciens rejoignent Tom sur le devant de la scène, pour chanter avec lui en guitare/voix. Ils sont morts de rire en se rassemblant et plaisantent tout au long de la chanson. Le batteur se retrouve même tout seul devant pendant quelques minutes qui ont dû lui sembler interminables, lui qui a l'habitude d'être caché derrière sa batterie. Ce qui est agréable à regarder, c'est l'osmose qu'il y a entre eux. On sent que ces mecs-là s'aiment et prennent du plaisir à jouer ensemble. Ils le transmettent vraiment bien. Et on le ressent aussi au moment du salut final.
Sinon, j'ai aussi beaucoup aimé leur reprise d'Umbrella, appelée pour le show Tombrella ! Ça vient d'une autre blague de Tom, qui parlait d'une boutique de goodies et d'un parapluie à son effigie qui ferait pleuvoir en l'ouvrant (ou quelque chose comme ça, mon anglais étant limité par moment). Comparé à mes souvenirs, le concert était assez festif. Pas trop mélancolique, avec de très beaux moments et de belles envolées ! Notamment sur Boy with the Bubblegun. Tom est un artiste touchant, humble et respectueux de son public, qui le lui rend bien.
Les deux heures de show sont passées à une vitesse folle. Quand on s'amuse, le temps passe plus vite, c'est bien connu. Ce concert fait partie de ces moments où on a l'impression que le temps s'est arrêté. On est projeté dans un univers parallèle ; on oublie tout le reste. Seul le trip musical compte. C'est le cœur rempli de bonheur que j'ai quitté La Cigale, me promettant de ne plus jamais laisser tomber Tom McRae.

Comment on this post