Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Quand POS t'invite chez leur grand-mère

Posted on by Orell

Et si pour changer nous allions passer une petite soirée unplugged? Après les avoir goûté en électrique, qu'allait valoir les suédois de Pain of Salvation en acoustique?

La scène a été aménagée en salon très 70's. Un poster d'Hendrix au mur, un canapé en cuir, du papier peint pire que chez ma grand-mère et des étagères en bois (des Billy?). Le ton est donné: ambiance comme à la maison garantie. Let the journey begin!

Le voyage commence avec les Islandais de Arstidir . Ils sont assez nombreux sur scène. Violon et violoncelle de rigueur. Ils vont nous abreuver de leur douce musique folk bien de chez eux. Les voix sont très travaillées façon chorale. Ils le souligneront eux-mêmes, chaque islandais a fait parti au moins une fois dans sa vie d'une chorale. Chanter, il n'y a que ça à faire là-bas. Les chansons sont plutôt courtes. Pas le temps de s'ennuyer (hum hum). Entre chaque morceau, ils tentent de nous traduire les textes islandais. Pas facile apparemment. Anneke van Giersbergen qui joue après eux viendra partager leur set le temps d'une reprise du groupe Anathema. Ils sont agréables et le moment était doux comme un volcan.

Anneke prend possession de la scène tout de suite après. C'est l'ancienne chanteuse de The Gathering. Elle est seule en scène, guitare, voix. Souriante, mignonne, des tattoos pleins les bras, une voix puissante et envoûtante. Elle fera revenir les membres de Arstidir et tant mieux car elle seule c'est un peu chiant ça manque de quelque chose. Elle reprendra un titre de The Gathering ainsi que du U2 et même du Cindy Loper (Time after time). J'ai beaucoup aimé sa dernière chanson Hey Okay!. Le refrain reste bien en tête. Et hop dans la playlist !

Petite pause pour préparer la scène pour Pain Of Salvation. La première fois que je les ai vu c'était au Bataclan. Ils ouvraient pour Opeth. Malheureusement, ce jour là c'est ConcertBuddy qui avait les places et il n'était pas arrivé des plus tôt. Nous n'avions alors vu que deux chansons du set (on ne m'y reprendra plus!).

Alors déjà niveau light, les couleurs de l'unplugged sont respectées plutôt rose/violet avec un soupçon de bleu et une touche de jaune (Nirvana, Pearl Jam, Alice in Chains pour ne citer qu'eux étaient les précurseurs du genre).

Moment Girly on: Daniel est a tomber les cheveux courts ! Vive la coupe Adam Levine ! Gros contraste avec le nouveau guitariste et sa grosse barbe et ses tresses.

Et la musique dans tout ça? C'est posé. C'est carré. C'est bien fait. L'audience est calme, attentive et reprendra même en choeur certains titres. Daniel s'assoit, se lève, nous raconte des histoires. On est bien chez eux. Anneke reviendra sur scène et ils chanteront un titre lovés dans le canapé. Ils finiront sur MA chanson 1979 ! (Mon année de naissance, tu sais le 24 AVRIL!). Magnifique!

J'en connais qui n'ont pas trop aimé mais moi ça m'a bien plus (Daniel, call me).

OreLL

Quand POS t'invite chez leur grand-mère

By (c) Aurelie Merrheim

Comment on this post